Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 17:55
18772392_w434_h642_q80.jpg
Aujourd'hui j'ai du m'expatrier à Paris pour voir "Chambre 1408" car mon cinéma favori dit "familial" m'a encore joué des tours.

Pour commencer ma chronique je vais évacuer tout de suite le problème de la fidélité du film par rapport çà la nouvelle de Stephen King pour la bonne et simple raison que je n'ai pas lu cette dernière.

Je sais que Gally connait assez l'oeuvre du romancier américain et j'espère que, si elle a vu le film (ou le verra), elle pourra me renseigner sur ce sujet.

Mon impression d'ensemble est assez bonne même si je dois nuancer mon propos.

Les histoires de Stephen King portées à l'écran m'attirent de manière inexorable. Le mystère, l'angoisse, la peur ou la terreur sont des éléments qui me fascinent. Les cinéastes sont en général très respectueux de ces paramètres. Ils créent une ambiance où le spectateur s'immerge avec bonheur. En général je suis bon public pour ce genre de films.

Dans cette veine "Chambre 1408" réussit sa mission. Le spectateur est plongé dans un univers qui dans un premier temps est familier (quelques morceaux de vie du héros) puis qui s'altère considérablement. La frontière entre réalité et fiction, le thème central du film, s'atténue et disparait même dans le dernier tiers du film. Le personnage de cet écrivain auteur de livres sur les maisons hantées (John Cusack) plein de certitudes, perd pied progressivement dans le cadre exigu d'un lieu clos et navigue dès lors entre deux eaux.

Schématiquement le film comporte deux parties de taille inégale. Pendant la première heure on assiste à la (trop) lente mise en place de l'ambiance. Le climat de doute s'installe progressivement. Car notre héros, marqué par un drame personnel (la mort de sa petite fille présentée sous forme de flash back), lutte contre ses propres démons malgré une certaine assurance de façade.

Son arrivée dans la chambre n°1408 de l'hôtel Dolphin, marque la première rupture dans le film. Au diable la réalité, bienvenu dans l'étrange.

La chambre n°1408 est un lieu maudit. Bon nombre de personnes y sont mortes de manière plutôt violente. La direction de l'établissement, représentée par un directeur à l'allure méphistophélique (Samuel L. Jackson) répugne à louer cette chambre. Mais l'écrivain insiste. Le sort en est jeté.

L'évolution de notre héros dans la chambre maudite est bien mise en scène. Les petites touches d'étrange sont placées de manière assez habile. La plongée dans un univers flou est filmée avec efficacité par le réalisateur Mikaël Hafstrom. Des plans de caméra bien imaginés rendent le malaise palpable. Une scène est proprement terrifiante quand ce dernier essaye de se faire entendre par une personne qui "habite" dans l'immeuble d'en face.

Ces éléments indiqueraient que le film est plutôt réussi mais la dernière demie-heure atténue sensiblement le concept de "réussite".

Dans un second temps, les faits et gestes du héros dans un univers où onirisme et réalité sont mélangés se traduisent par un déchainement d'effets spéciaux qui n'apporte pas grand chose au film. La suggestion était parfaite, la démonstration par le spectaculaire affaiblit considérablement l'ensemble. Mon impression première sur ce second segment de film est qu'il ne s'y passe pas grand chose. Je me suis dit "tout ça pour ça"

La fin du film, genre "toutes les hypothèses sont valables, à vous de forger votre propre impression" n'est pas satisfaisante à mon gout, même si je conçois qu'avec l'univers de Stephen King tout ne peut être tranché de manière radicale.

Fort heureusement "Chambre 1408" bénéficie de la prestation plus l'honnête de John Cusack. Son jeu évolue avec le film : d'abord mesuré, il explose quand la tension monte à son firmament. La folie permanente qui guète l'écrivain au seuil de l'indécision est l'un des très bon côtés du long métrage.

Le thème du film, le cadre et cette plongée au coeur de la vie d'un homme qui tente d'échapper à ses propres démons rappellent bien évidemment le "Shining" de Stanley Kubrick.

A se demander si les interférences entre les lieux et les hommes n'est pas un des axes majeurs de l'oeuvre de Stephen King.

Enfin j'ai un regret. J'aurai aimé que le rôle de Samuel L. Jackson soit plus étoffé. L'aspect inquiétant de son personnage, enfin selon moi, n'est qu'effleuré.

Dommage.

"Chambre 1408" est à voir même si je pense que le film aurait mérité de se cantonner à une approche strictement psychologique de la chose. L'intrusion du sensationnalisme et d'effets spéciaux redondants réduisent la portée du film.

Partager cet article

Repost 0
Published by Samom - dans à l'affiche
commenter cet article

commentaires

Nimiwouam 31/01/2008 00:04

Coucou à vous, j'ai bien lu ce résumé et les commentaires qui sont très interessant dans la mesure ou je suis allée voir le film tout à l'heure et que mon copain et moi avons une vision de la fin du film totalement opposé, à croire que l'un d'entre nous n'a pas compris le film, et j'aurais aimé pouvoir en discuter avec vous, pour reelement " comprendre " le film !!!Moi je vois ici qu'une histoire de spirituel ( n'ayant pas lu le livre en + -_- ) comme quoi la chambre était bien possédé d'une certaine manière et donc malsaine et poussé à la folie en autre... et la fin prouve que c'était vrai, mais j'ai interprété d'autre chose, sauf qu'il faudra que j'en parle par mail pour ne pas dévoiler non plus la fin du film ^^ .Donc si l'un d'entre vous pouvez me recontacter, j'en serais ravie s'il vous plait =) le chroniqueur, ainsi que la personne ayant lu le livre , " gally " =)Merci beaucoup d'avance et à très bientot =)Bizouuuu Bonne soirée.Agnès.

samom 19/01/2008 17:28

eh ben dit donc quand tu te lâchesj'avais raison de parler de toi en tant que spécalisteton avis déchire tout. C'est argumenté, préciset cela m'amène à imaginer le film sous un angle diffférendje n'ai pas lu beaucoup de trucs de king mais "marche ou crève" est extraodinare (avis aux lecteurs...)

Gally 19/01/2008 15:54

Yop Samom !!!Perso je suis assez partagée quand a room 1408 , c'est un bon film mais une mauvaise adaptation selon moi ...Y'a TELLEMENT d'autres écrits de King a adapter au ciné , je ne comprends pas pourquoi les scénaristes / prods ont choisi celle la , je vais essayer de m'expliquer : Sur le papier l'histoire est TRES angoissante et flippante , sur l'écran il y a deux / trois moments ou j'ai sursauté mais je n'ai pas retrouvé l'ambiance zarbie de la nouvelle ...Dans la nouvelle , l'accent est mis sur les décors , les sons ( ou l'absence de sons ) , une certaine couleur régne et mine le moral du journaliste qui combre doucement dans la folie, il n'a pas d'hallucinations a proprement parler , c'est juste que la chambre se fait de plus en plus menaçante mais sans effet violents , c'est trés pernicieux , il y a un long monologue intérieur d'Enslin en fait a travers lequel on devine plus qu'autre chose qu'il se passe quelque chose , l'imagination du lecteur est mise a rude épreuve , j'ai eu trés peur en lisant cette histoire ...Alors que dans le film ben j'ai rien eu a faire a part regarder passivement Enslin péter un plomb sans parler du fait que les scénaristes ont modifié l'histoire en rajoutant une gamine décédée ( histoire de faire pleurer dans les chaumiéres ? ) ..Ceci dit j'ai passé un bon moment devant ce chti film , Cusack est égal a lui même : excellent donc, il porte le film sur ses seules épaules !! Et puis faut pas croire , King n'écrit pas que des supers trucs fabuleux, des fois il balance de belles bouses ( ceci n'engage que moi ) mais au fil des années son nom est devenu gage de qualité / flippe / maitre de la terreur toussa alors dés qu'ils en ont l'occasion les producteurs se jettent sur ses écrits histoire de faire rentrer du flouze dans le tiroir caisse  ...J'ai HATE de voir " Marche ou créve " au ciné ou " La tour sombre " parait que c'est le mec de cloverfield qui s'y colle , ça va être gore -_- Ha y'a aussi Cellulaire qui va déchirer si il est adapté au ciné, sans déconner je ne sais pas si tu aimes lire mais si tu en as l'occasion , lis " Cellulaire " , ça se lit vite et c'est super bien écrit , quand on lit le bouquin on imagine le film !!!  BREF désolée pour le pavé , dés que je parle de King je suis intarrissable  !!! 

Thib 19/01/2008 11:32

J'aime beaucoup l'unvies de S.KING et ce "Chambre 1408" me donne assez envie. Comme toi, je n'ai pas lu le livre mais ça ne fait rein, je vais me laisser tenter. Thib.

Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro