Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 09:22

"L’Inspecteur Harry" sorti en 1971 est un long métrage réalisé par Don Siegel. Il met aux prises un policier de San Francisco, l’inspecteur Harry Callahan (Clint Eastwood), connu pour ses méthodes expéditives, et un serial killer, le redoutable "Scorpion" (Andrew Robinson).

En 40 ans, le film est devenu un classique du 7ème art qui influence encore bon nombre de réalisateurs.

La trame de "L’inspecteur Harry" s’inspire librement des agissements du tueur du zodiaque qui terrorisa l’Amérique dans les années 60 et 70. Récemment David Fincher a brillamment reconstitué ce climat d’angoisse dans son "Zodiac".

Le long métrage de Don Siegel est une œuvre incontournable. Le scénario brille par l'originalité de son sujet. L’ensemble est servi par une galerie de personnages haute en couleurs.

Les dialogues sont l’occasion d’échanges mémorables entre les personnages. Certaines répliques sont entrées de plain-pied dans l’histoire du cinéma.

L’histoire est passionnante et nous entraîne dans une incroyable course poursuite de près de deux heures. Le tempo du film est soutenu. Pas de temps morts. L'ensemble offre aux spectateurs son lot de moments intenses, de séquences devenues cultes.

Le cadre urbain (les rues tortueuses, les impasses sombres, les monuments célèbres et les gratte-ciel) joue un rôle prépondérant. La ville de San Francisco est un protagoniste à elle toute seule.

L’œuvre s’articule autour de la fascinante personnalité de l’inspecteur Callahan. Flic chevronné, adepte des méthodes expéditives et des solutions radicales, le policier lutte contre la criminalité et fait face à l’hostilité croissante de sa propre hiérarchie et des autorités locales.

Mais Harry Callahan est aussi un flic passionné, intègre et épris de Justice. Son combat contre le Scorpion prend les allures d'une lutte à mort sans concession. Au mépris de toutes les règles.

La partition musicale signée Lalo Schifrin donne au long métrage une ambiance très jazzy, historiquement datée, mais qui fonctionne toujours à merveille.

L’un des points forts de l’œuvre est l’étonnante composition de Clint Eastwood. L'acteur, icône du cinéma américain, impose une présence réellement charismatique à l'écran. Il s'agit de l’un de ses meilleurs rôles.

"L’Inspecteur Harry" est un monument du cinéma contemporain.

À (re) découvrir de toute urgence.

Repost 0
Published by Total Ciné - dans cinéma
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 15:19

"Moon" est un long métrage de science-fiction mis en scène par Duncan Jones. Le film nous propose de partager le quotidien d'un résident lunaire en proie à d'étranges événements. Derrière une situation claire se cache un terrible secret. "Moon", qui n'est pas sorti en salles, mérite votre attention.

Le cinéma marche parfois sur la tête. Alors que des films de piètre qualité inondent nos salles obscures, il est inconcevable qu'un long métrage tel que David Bowie (des gênes créatifs ?) n'ait pas bénéficié d'une exposition médiatique conséquente.

Synopsis

Sam Bell (Sam Rockwell) vit sur la station Lunaire de Sélene depuis bientôt trois ans. Sa mission est sur le point de s'achever et son retour vers la Terre est imminent. Mais d'étranges phénomènes commencent à se produire.

Analyse et critique

Nous sommes immergés au cœur d’un véritable film de science-fiction efficace en tous points, intelligent, racé, admirable, pensé dans les moindres détails. "Moon" est un concentré de créativité. L'œuvre résonne comme un hommage à ses prestigieux devanciers.

En voyant "Moon" on pense immédiatement à "2001, Odyssée de l'Espace" pour la relation entre "Hall 9000" et les astronautes, à "Silent Running" concernant l’isolement et la vie en autarcie, et à une moindre mesure à "Alien, le 8ème Passager".

La trame narrative est brillante, précise. Les faux semblants et les pistes erronées troublent notre jugement. La vérité sonne comme une cruelle injustice. Le générique de fin nous ramène brutalement à la réalité.

"Moon" a aussi du sens. Le scénario pointe du doigt les dérives éthiques de nos sociétés industrielles et les décisions prises par celles et ceux qui nous gouvernent. Le film provoque la réflexion naturellement.

"Moon" aborde de manière assez inattendue les relations entre l'homme et la machine. Duncan Jones n'est jamais caricatural dans ce domaine et laisse poindre l'émotion entre deux entités que tout sépare.

Ne croyez pas que "Moon" soit une œuvre contemplative. Les péripéties sont nombreuses et donnent du rythme à l'ensemble.

Graphiquement, "Moon" peut se targuer de proposer un travail photographique phénoménal. L’alternance entre tonalités sombres et teintes extrêmement lumineuses est l’un des points forts du film.

La musique de Clint Mansell enveloppe le rendu final d'une aura de mystère. "Moon" permet à Sam Rockwell, présent dans chaque séquence, de faire étalage de son immense talent. Une composition mémorable.

Si vous aimez les belles histoires et la science-fiction : "Moon" est fait pour vous.

Repost 0
Published by Total Ciné - dans cinéma
commenter cet article

Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro