Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 09:30

L'un de mes coups de coeur 2010.

 

 

19397107.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100325_061120.jpg

 

 

 

Quand les premières images d’un film me plaisent je n’hésite pas à en faire des tonnes, c’est dans ma nature d’être généreux ainsi.


J’attendais "Kick-Ass" comme l’un des événements majeurs de cette année 2010 et je dois vous l’avouez d’emblée : le film de Matthew Vaughn,
d’après les personnages de Mark Millar et John Romita Jr, est une, pardonnez mon langage, une putain de bombe cinématographique, une œuvre jouissive au possible, un ovni du 7ème art.


Quel pied énorme !!! J’ai rarement été autant enthousiasmé.


Dave Lizewski (Aaron Johnson) est très loin d’être un lycéen populaire et charismatique. Il rêve perpétuellement d’aventures incroyables puisées dans l’univers des comics. Il aime en secret la belle Katie Deauxma (Lyndsy Fonseca) qui pense que Dave est gay.


Puis un jour il franchit le pas, s’achète un costume de super héros et devient Kick-Ass, celui qui doit botter les fesses du crime dans New-York. Mais Kick-Ass n’a aucun pouvoir et doit très vite composer avec ce paramètre fondamental.


Dans le même temps Big Daddy (Nicolas Cage) et sa fille Hit Girl (Chloë Grace Moretz) tentent de se venger du parrain local Frank D’Amico (Mark Strong).


Kick-Ass devient un vrai phénomène et commence à gêner les affaires de la famille D’Amico. Le fils du parrain, Chris (Christopher Mintz-Plasse) créé à son tour un nouveau super héros, Red Mist, pour attirer Kick-Ass dans un redoutable piège.


Kick-Ass, Big Daddy et Hit Girl créent une alliance de circonstance pour en finir avec le vice et le crime.


"Kick-Ass" est bien la bombe tant attendue. Un véritable truc de malades. Un film qui met véritablement des coups de pieds au cul pendant deux heures.


Le film est dynamique, déroutant, enlevé. Un pur divertissement de deux heures où le spectateur est happé par un film qui ne ressemble à aucun autre. On en prend plein la tronche et les images nous exposent les mirettes. Une œuvre inclassable c’est sûr.


L’histoire est très prenante. On adhère pleinement tant la magie opère dès que les lumières de la salle s’éteignent. A aucun moment le spectateur se dit que le moindre élément est exagéré tant le scénario est précis et méticuleux. Chaque situation est amenée naturellement et chaque personnage (qu’il soit de premier ou de second plan) trouve sa place idéale dans cet immense puzzle. Matthew Vaughn fait preuve d’un talent incroyable de conteur.


"Kick-Ass" est un film qui fait beaucoup rire. Les moments drôles sont légion. Une réplique, une scène, un regard suffisent à nous dérider. J’ai eu véritablement le sentiment de m’immerger dans une bulle de bonheur.


Sur le fond le film n’hésite pas à adresser quelques coups de griffes bien sentis. Le voyeurisme moderne (au moyen de téléphones portables et caméscopes de tout poil) est vilipendé alors que la création d’idoles éphémères, de phénomènes de foire buzzés par des connexions Internet est au cœur du parcours personnel de Dave devenu Kick-Ass.


Les dialogues sont très crus parfois. Le langage employé n’est pas à mettre à la portée de toutes les oreilles. Au niveau du plaisir je vous recommande de voir "Kick-Ass" en version originale. Certaines répliques de Chloë Grace Moretz (11 ans) valent plus que le détour. Je suis sûr que dans la version française, certaines répliques ont du faire l’objet de coupes (je n’ai pas dit "censure").


Les échanges entre les personnages fonctionnent à merveille. On sent que Matthew Vaughn a du lourdement insister en amont sur cet aspect du film.


"Kick-Ass" fourmille de références. Le long métrage puise sa thématique première dans l’univers des Super Héros ("Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités") mais rend hommage à celles et ceux qui sont passionnés par leurs aventures, les fans ou pour faire plus modernes : les geeks. Matthew Vaughn ne caricature pas ce monde si particulier qui étonne parfois le commun des mortels. Il y a un énorme respect dans son traitement du sujet.


L’intérêt du film est de nous confronter au destin ordinaire d’un type transparent qui suit la route, semée d’embûches, de la starisation.


"Kick-Ass" est un long métrage d’action qui virevolte sans cesse. Les séquences incroyablement dynamiques s’enchaînent sans nous laisser le temps de respirer une seule seconde. Des moments jubilatoires soulignés par une bande originale (dont je vous reparlerai à coup sûr) décapante. Le thème de Hit Girl est sensationnel.


Matthew Vaugh a vraiment osé dans le domaine de l’action. Les angles de caméra sont hardis. Aucun plan ne ressemble au précédent. Le metteur en scène fait preuve ici d’un savoir faire évident car la tonicité et parfois même l’excentricité de passages bien précis ne débordent pas sur la fluidité du récit en lui-même. L’alchimie du long métrage est parfaite.


Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, "Kick-Ass" n’est pas un film violent. La violence est certes présente mais à des moments bien précis qui servent, et non pas desservent, les intrigues. Les gunfight sont nerveux et graphiquement jubilatoires. Quand l’heure est venue de trancher les nœuds de certaines rancunes du passé au beau milieu de l’arène, nous avons le droit à un déluge de balles et à des morceaux de bravoure stylisés au possible. Sur ce plan là c’est l’éclate totale.


Aaron Johnson assure en héros improvisé. Son interprétation est crédible de bout en bout. Une vraie réussite.


Cela plusieurs longs métrages que le grand Nicolas Cage s’était quelque peu dispersé. Dans "Kick-Ass" la sobriété et l’efficacité de son jeu font que le bonhomme retrouve du crédit à mes yeux. Son Big Daddy est très impressionnant.


Mark Strong devient au fil des ans l’une des valeurs sûres du cinéma anglo saxon. En big boss de la mafia il assure grave. Ses relations avec ses hommes de main sont tordantes.


Mais l’énorme révélation de "Kick-Ass" est l’extraordinaire Chloë Grace Moretz dans le rôle de Hit Girl. Une composition détonante, ahurissante. A la base c’est déjà très surprenant de retrouver une gamine dans une production de ce genre mais le plus ahurissant encore est qu’elle incarne un personnage aussi phénoménal qu’une Lady Vengeance en culottes courtes. Le rôle lui va comme un gant. Elle joue du flingue comme pas deux. La jeune comédienne vole clairement la vedette à tous ses partenaires adultes. Cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Deux ou trois acrobaties de cette combattante de choc, un sourire enjôleur et une réplique qui tue et le tour est joué : Hit Girl est dans nos têtes.


"Kick-Ass" est un long métrage d’une fraîcheur absolue, un film original, une œuvre sacrément bien construite. Un long métrage servi par des comédiens crédibles, des séquences étonnantes de virtuosité et une intrigue plus que plaisante à suivre.


Un coup de pied à nos certitudes cinématographiques.


Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Très bel article ! Je viens de voir le film et comme tu dis, c'est un truc de malade qui respect son sujet, ô combien casse gueule.


Pour la musique, j'ai cru reconnaître celle de 28 j plus tard...


Les scènes d'action font penser à Equilibrium : gunfight dans le noir, dernière scène de Hit girl.



Répondre
M


J'ai découvert ce film sans vraiment savoir ce que c'était. je croyais que c'était à la "super hero movie". Quelle surprise !!


 


Hit Girl, c'est le personnage ciné de l'année 2010, pour ma part !



Répondre
S


j'espère que cette suite sera pensée, bien travaillée


 


et pas gratuite et baclée


le premier opus mérite du grandiose



Répondre
M


D'accord avec toi dans l'ensemble ! J'ai bien apprécié également le clin d'oeil "tarantinesque" (l'arrivée de Hit Girl sur fond de Ennio Morricone). Une suite en 3D est envisagée. J'espère
qu'elle ne sera pas remise en cause par les chiffres US qui sont moins bons que prévu...



Répondre
S


merci pour le compliment


et tes mots sont très bien choisis et collent bien à l'esprit du film



Répondre

Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro