Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 16:08


Puis j'ai vu "Miss Potter" qui nous narre une partie de la vie de Beatrix Potter, l'auteur de livres pour enfants la plus lue dans le monde.

Ce film est avant tout un bol d'air frais qui nous est donné. On se prend de passion pour le combat de cette "feministe". Le mot peut paraître anachronique car elle ne milite pas politiquement au sens strict du terme mais elle veut exercer un métier réservé jusqu'à là aux hommes et elle veut exister en tant que femme autonome.

Elle doit lutter contre toutes sortes de préjugés et de réticences. Sa principale victoire est d'être publiée puis lue par les enfants de la bonne société londonienne.

Le film rend ainsi hommage à une femme à l'imagination fertile où les animaux tiennent une large place. Au fil du long métrage nous la voyons créer un univers qu'il lui est propre, "son" monde à elle. Elle n'hésite pas à dialoguer avec des être de papier.

C'est aussi un hymne à la nature. Tout au long de sa vie, Beatrix Potter acheta des terres et les légua à sa mort au National Trust pour aider à la sauvegarde de la faune et de la flore.

Cette oeuvre cinématographique bénéficie aussi de l'interprétation trés réussie de Renée Zellweger qui impose un jeu d'acteur très sobre mais avec de nombreuses nuances.

Le long métrage nous replonge dans notre propre enfance. Nous vivions alors avec une galerie de personnages venus tout droit de notre esprit. Ces êtres étaient en permanance à nos côtés.

En chacun de nous il y a un enfant qui someille et qui aime parfois se réveiller. De tels films sont là pour nous y aider.

ps : Comme chaque petit ou petit(e) anglais(e). J.K Rowling lut dans son enfance les livres de Beatrix Potter. La légende veut qu'elle décida de donner à son héros le patronyme de sa devancière. Son petit sorcier à lunettes devint alors Harry...Potter.
Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 15:33

Aujourd'hui j'ai vu "Alpha Dog" réalisé par Nick Cassavetes.

Je reste très sceptique à l'issue de la projection. Quel est le but d'un tel film ?

Informer ? divertir ? pas sûr.

A la base il y a un fait divers tragique. Par vengeance et pour de l'argent, de jeunes gens se lancent dans une sorte de kidnapping improvisé et tout l'histoire se termine par un drame. Ces jeunes sont des apprentis caïds qui veulent "faire comme" leurs aînés. Mais la situation leur échappe très vite.

Certe le film est bien construit. La réalisation est nerveuse, les scènes s'enchaînent sans temps mort, la musique est plaisante.

Ce qui m'exaspére est le regard du réalisateur sur l'affaire, son traitement de fond. Le tout ressemble à une vaste fête, où le sexe, l'alcool et la drogue sont l'essence même de ces anti-héros. Je trouve qu'il y a parfois même de la complaisance.

C'est un film aussi où toutes les valeurs sociales et morales implosent littéralement. La cellule familiale est inexistante. A part la figure maternelle incarnée par Sharon Stone, les autres femmes du film n'apparaissent que comme des objets sexuels à la moralité douteuse.

De plus j'ai vu ce film en anglais. Il y a environ un juron ou une insulte toutes les trente secondes. Au bout de deux heures j'étais lassé.

ps : deux spectateurs ont quitté la salle au bout d'une demie-heure en se demandant visiblement sur quelle planète ils étaient tombés.
Partager cet article
Repost0
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 14:58


Du grand spectacle.

Les jeux de lumières, les nuances de couleurs, le rythme, la musique : tous ces éléments font de ce long métrage une réussite sur le plan visuel et technique.

C'est un film brutal, sanglant où sont mises en exergue les valeurs telles que le sacrifice, le don de soi, la solidarité et l'éducation. Ces quelques combattants spartiates font don de leur vie pour sauver leur Cité et toute la Grèce.

La réussite du film est de nous passionner pour un sujet dont on connait le dénouement à l'avance.


Même si le scénario peut paraître simple (un combat, deux armées, un massacre programmé), le film se savoure avec délectation.

J'ai totalement adoré .
Partager cet article
Repost0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 16:35


J'ai aussi vu "La Cité Interdite" de Zhang Yimou.

Ce film m'a laissé perplexe. L'histoire est intéressante. On se plonge avec bonheur dans l'Histoire Chinoise (les empereurs, les seigneurs de guerre, le pouvoir et ses intrigues). Les décors et les costumes sont magnifiques. Le cadre est splendide.

Mais que la réalisation est contrastée. Le long métrage peut se découper en deux parties bien distinctes. Sur les 120 minutes que durent cette oeuvre, les 80 premières se passent en permanance à l'intérieur du Palais Impérial. Nous nous trouvons dans quelques pièces à chaque fois. Les conversations durent interminablement. Le rythme est lent, très. Le scénario est alambiqué, compliqué.

Heureusement qu'il y a la deuxième partie du film. Là c'est l'explosion d'action, de violence, d'un rythme effréné.  Une explosion de couleurs aussi sur le plan plastique. L'action prend le pas sur la longue mise en place de l'intrigue et des personnages et dynamite l'ensemble. Ces dernières quarante minutes sont très passionnantes. Les scènes de combat sont originales, rythmées et filmées avec brio.

L'autre atout du film réside dans les compositions de Chow Yun Fat et de la sublime Gong Li
Partager cet article
Repost0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 16:12


J'ai adoré "Le come back" de Mark Lawrence (même si ce titre "français" est horrible, je préfère largement l'intitulé original : "Music and lyrics"). Un pur moment d'enchantement. Une comédie romantique réussie, une de plus, qui met du baume au coeur.

Cette histoire de chanteur has been cherchant à remonter la pente est très drôle et très touchante à la fois. L'histoire est superbe, la réalisation est efficace et sans temps mort. La bande son (mélange de sons des années 80 avec des rythmes plus modernes) s'écoute avec ravissement.

L'attout principal du film réside dans son casting et surtout dans le duo vedette.

Hugh Grant est incroyable. Il laisse de côté son personnage "so british" qui nous ravit à chaque film pour camper un homme qui a du mal à tourner la page d'une réussite passée. Ses prestations scéniques sont très convainquantes. Mais pour qu'un duo fonctionne, il faut être deux.

Et c'est là qu'éclate l'extraordinaire talent de comédienne de Drew Barrymore qui obtient là un rôle à la mesure de son potentiel. Elle rayonne avec ce personnage décalé (pour ne pas dire "fofolle"), actif mais fragile aussi (une blessure affective difficilement refermée). L'entente entre ces deux-là donne de l'énergie au film. Que les cent minutes du film passent vite. Hélas...

C'est l'un des films qu'il faut voir A-B-S-O-L-U-M-E-N-T en 2007
Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 15:44

Ensuite j'ai enchaîné avec "Je crois que je vous aime" de Pierre Jolivet.

Ce film est bonne comédie sentimentale "à la française".

Vincent Lindon est touchant en amoureux qui hésite à accorder sa confiance. Sandrine Bonnaire apporte à l'ensemble son joli sourire et une fois de plus François Berléand tire son épingle du jeu en chef de la sécurité soupconneux et dévoué.

Certaines situations sont vraiment très cocasses (les différentes invitations à prendre un repas).

Le tout se regarde avec un certain plaisir.

L'oeuvre apporte une peu de finesse et de grâce.

et ca fait du bien.
Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 15:23
J'ai assisté dans un premier temps à la projection de "Contre enquête". Un film réalisé par Franck Mancuso et inspiré librement par une nouvelle de Lawrence Block.

Je suis tombé par hasard sur une critique du film il y a deux ou trois jours et je m'attendais au pire.


Mais ce long métrage est assez réussi dans l'ensemble. C'est vraiment un film "noir" qui nous laisse peu de raisons d'espérer sur la qualité du monde qui nous entoure. L'histoire fonctionne bien. Je n'en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir.

Côté interprétation, Jean Dujardin est convainquant et arrive à faire oublier ses personnages grands-guignolesques. Mais la vraie réussite du film tient dans la prestation de Laurent Lucas, trop méconnu du grand public à mon humble avis. Il a vraiment une "gueule" de cinéma.

La seule chose qui cloche dans cette oeuvre est le côté trop prévisible du scénario. Ayant l'habitude de ce genre de films ou de romans qui abordent ces sujets, j'ai anticipé sur la fin du long métrage une demie-heure avant la conclusion de ce dernier. Pour des spectateurs perspicasses, le dénouement est cousu de fil blanc..
Partager cet article
Repost0
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 13:52


J'ai vu des milliers de films dans ma vie mais rarement un long métrage m'avait coupé le souffle à ce point là. Le film est saisissant. Fantastique. Incroyable. J'ai encore du mal à trouver les superlatifs pour décrire l'effet qu'il a produit sur moi.

Dès les premières secondes on en prend plein les yeux ou plutôt plein les oreilles. Quel bonheur que d'écouter cette fabuleuse musique des années 60 et 70.

Vous connaissez toutes et tous la toile de fond de ce film. Il est né suite à la comédie musicale du même nom montée en 1981 à Broadway et s'inspire de la vie de Diana Ross and the Supremes. Bien évidemment les noms des protagonistes ont été changé, "toute ressemblance avec..."

La réalisation est superbe, les différents mouvements de caméra magnifient les nombreuses prestations scéniques. Le rythme est échevelé. Les rares pauses sont autant de moments d'émotion..

L'oeuvre bénéficie d'un casting de rêve. Beyoncé joue à merveille le rôle de la diva de la soul américaine : féline, racée, belle comme une déesse. Jamie Foxx livre une prestation très crédible en manager avide d'argent et de pouvoir.  Eddie Murphy est touchant. Je suis que son interprétation va lui permettre de retrouver rapidement les sommets. Danny Glover attire l'attention par son côté humain. Il incarne un peu la voix de la raison.

Enfin ma mention spéciale est réservée à Jennifer Hudson qui interprète le personnage d'Effie. Sa voix m'a donné des frissons. Elle monte au firmament sans cesse. Elle impose son talent tout au long du film. Même lorsqu'elle est absente de l'écran, on pense à elle.

Le film est envoutant. Le tout fonctionne à merveille.

La bande originale est prodigieuse. Tout simplement.

Dreamgirls est un monument.
Partager cet article
Repost0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 20:32
J'ai également vu "Le nombre 23".

J'étais plein d'espoirs et ces derniers ont été déçus.

Le sujet est original (la fascination obsessionnelle pour un nombre) mais le film a vouloir être trop compliqué finit par se noyer dans les méandres de l'histoire. J'ai même fini par le perdre le fil tout court.

Jim Carrey porte à bout de bras ce film. Il fait une composition étonnante. Il prouve à ses detracteurs que le registre de la comédie n'est pas son seul atout. Mais Jim Carrey se débat bien seul. Les seconds rôles sont d'une totale inconsistance.

Le film souffre aussi d'un déséquilibre dans le rythme. La mise en place de l'intrigue et des personnages est trop longue. A ces longueurs répond un dénouement echevelé. On en prend plein les yeux sur une courte période, les informations fusent et il faut essayer de remonter les pièces du puzzle très rapidement.

"Tout ca pour ca"  pourrais-je me dire ?


ps : j'avais oublié de vous signaler quelque chose hier. A l'entrée de chaque salle il y a un panonceau électronique qui délivre des informations sur la séance (film en cours, générique de fin etc...).

Au moment où je suis arrivé devant la salle où était projeté "le nombre 23" j'ai découvert que ce panonceau indiquait "début de séance dans...23 minutes"


Amusant ?

Partager cet article
Repost0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 19:28
Aujourd'hui j'ai vu : "Letters from Iwo Jima", le second volet du diptyque consacré à la bataille d'Iwo Jima. Ce film est le pendant à "Flag of ours fathers" également réalisé par Clint Eastwood.

Les deux films résultent d'une démarche intellectuelle originale : donner deux points de vue différents sur un même événement. Par souci de véracité historique, Clint Eastwood donne la parole dans "Letters From Iwo Jima" aux soldats japonnais par l'intermédiaire de lettres retrouvées de nos jours par des chercheurs japonais.

Et c'est une réussite.

Le film est magnifique. Certains moments sont même trés poignants (la lecture d'une lettre d'une mère américaine à son fils GI ou l'écoute d'une chanson d'enfants japonais à la radio de Tokyo notamment). L'émotion prend le pas sur l'action.

Le tout est magnifiquement filmé, Clint Eastwood maîtrise à la perfection son sujet. Les effets spéciaux sont d'une rare sobriété. Les flash-back nourrissent l'histoire et nous permettent de reprendre notre souffle.

Le film est en langue nippone (à part deux séquences en anglais). Le pari est osé mais donne un charme et de la force à l'oeuvre. Les intonations de voix si caractèristiques traduisent les émotions ressenties par les personnages.

L'interprétation de Ken Watanabe en Général Kuribayashi est formidable. Il campe un homme sûr de ses convictions envers son pays, un soldat dévoué, un chef de guerre imaginatif mais aussi un être humain avec ses moments de faiblesse et ses doutes.

Le principal atout du film est d'humaniser les soldats "ennemis" : tous n'étaient pas des fanatiques avides de sang. Il y avait des pères de famille arrachés à leur vie tranquille et jetés en plein milieu d'un conflit stupide et meurtrier.

Grâce à "Letters from Iwo Jima", les combattants nippons ne sont plus  des "silhouettes" ou des caricatures stupides, ils existent enfin dans leurs diversités, leurs déchirements et leurs existences.

Ce film est une leçon d'Histoire et de vie.

Partager cet article
Repost0

Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro