Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 17:39

toy_story_three_ver10.jpg

 

 

 

"Toy Story" a fait entrer le cinéma d’animation dans une nouvelle ère il y a 15 ans. Le long métrage de la firme Pixar, premier grand succès d’une longue série, est devenu le symbole d’une (r)évolution la fois sur la forme et le fond. Le parti pris technologique a bluffé les plus réticents et la trame narrative a emporté l’adhésion des petits et des grands.


Le second volet a transformé l’essai de manière magistrale trois ans plus tard. Buzz l’Eclair, Woody, Rex, Bayonne, les Patates et consorts sont devenus des compagnons plus que familiers.


La plus grande réussite de la firme américaine est d’avoir touché eu plein cœur l’âme enfantine qui sommeillait au plus profond des adultes que nous sommes devenus. L’univers de ces jouets si particuliers nous a enveloppé d’une bulle nostalgique salvatrice.


Quand le projet "Toy Story 3" a commencé à poindre à l’horizon mon premier réflexe a été de me dire que le temps avait passé, que le tour de la question avait déjà été réalisé. Que pourrait apporter un troisième volet ?


J’étais loin d’imaginer que j’étais dans l’erreur à ce point.


Ce matin j’ai pris une énorme claque en plaine figure. "Toy Story 3" n’est pas qu’une suite, un opus de plus ou de trop mais l’admirable troisième volet d’une phénoménale saga cinématographique.


Andy a bien grandi. Il s’apprête à partir pour l’université. Cela fait bien longtemps que Woody, Buzz, Jessie et tous les autres jouets ont été remisé au fond d’un carton poussiéreux.


Les jouets prennent la direction d’une halte garderie Ce nouvel havre de paix semble être idéal.


En apparence…


Petits et grands ont le droit à 1h40 de féerie. A se demander si les équipes techniques dirigées par Lee Unkrich n’ont pas passé un pacte diabolique avec des forces démoniques pour connaître à ce point les tréfonds de nos cœurs et de nos âmes. La flèche est dardée et touche sa cible à chaque seconde.


La magie opère pleinement. Le long métrage déborde de créativité et d’inventivité à chaque séquence, je devrais même dire dans chaque plan. Nous évoluons au beau milieu d’un monde que nous pensions connaître mais qui nous laisse pantois d’admiration plus le film avance.


L’art de Pixar est de truffer ses productions de références, de renvois à ses autres "enfants". C’est même devenu un jeu pour les spectateurs attentifs. En tout cas le procédé emporte l’adhésion du public. "Toy Story 3" n’échappe pas à la règle. Ma plus grande satisfaction est d’avoir vu débouler un personnage tout droit issu du pays du soleil levant.


Le moindre passage est l’occasion pour les hommes et les femmes de chez Pixar de montrer leur capacité à nous faire sourire ou nous émouvoir. L’alchimie est parfaite.


"Toy Story 3" n’a aucun temps faible. L’art de maintenir un certain tempo est une science on ne peut plus précise. Et souvent, par le passé, des longs métrages se sont cassés les dents sur ce redoutable écueil. Le film nous maintient en haleine de bout en bout. Simplement magique.


Dans le troisième volet des aventures de Buzz et de Woody, l’action rebondit sans cesse. Les péripéties sont nombreuses et variées.


L’histoire prend littéralement aux tripes. Le spectateur se passionne pour le devenir de ces jouets. L’art du film est de multiplier les intrigues secondaires, et cela pour notre plus grand bonheur. Loin d’être des freins à la progression générale du récit, ces épisodes complémentaires nourrissent la trame principale.


Les moments drôles sont légions. Que le défilé de mode opéré par Ken pour Barbie ou le Buzz espagnol sont savoureux. A l’inverse l’histoire de Lotso l’ourson rose nous émeut. L’agencement de tous ces temps forts obéit à une précision chirurgicale. Rien de gratuit ni de forcé, le maître mot est la fluidité.


L’introduction de nouveaux personnages permet également au film de se renouveler dans la continuité. L’expression "Faire du neuf avec du vieux" perd tout son sens ici. Le caractère, la personnalité que nos jouets favoris évoluent sans cesse. Woody et ses ami(e)s nous montrent de nouvelles facettes de leur être. Des relations se tissent avec les nouveaux venus pour le moins différents et sacrément utiles. Chez Pixar nous ne sommes pas au royaume du futile. Chaque protagoniste apporte sa modeste mais indispensable contribution à l’édifice.


"Toy Story 3" s’inscrit dans la tradition de thématiques déjà mises en place dans les deux premiers volets. L’amitié et le don de soi sont au cœur du présent opus. Mais le tour de force des scénaristes est de ne pas figer l’arrière plan. Car le temps des doutes et des questionnements est venu pour la plus célèbre bande de jouets de l’histoire.


Le passage à l’âge adulte d’Andy remet en cause bien des certitudes. Le confort de vie et l’univers si réconfortant de la chambre d’enfant vole en éclat quand le temps fait son œuvre. Les jouets vont devoir faire des choix "de vie" et se déterminer. L’amitié, l’amour, l’entraide résisteront-elles à cette période d’épreuves ?


L’intérêt du film est de nous présenter les choses de la manière la plus simple. La tentation des grands discours moralisateurs est écartée d’un revers de la main sans autre forme de procès. Les créateurs de ce troisième opus laisse parler les cœurs et l’émotion se diffuse le plus naturellement du monde.


Pour le spectateur le film agît aussi comme un révélateur. Nous avons aussi grandi et évolué en 15 ans. Le long métrage opère comme une piqûre. La bienheureuse nostalgie nous nimbe de son manteau réconfortant. Les cœurs les plus durs fondraient assurément.

 

La parabole sur le temps qui passe est au coeur de ce merveilleux film.


"Toy Story 3" est une œuvre fédératrice car universelle. Un film qui parle à tous les publics et qui laisse une trace en chacun de nous.


Techniquement le long métrage apparaît comme incroyablement "simple". On a l’impression d’assister à une accumulation de séquences visuellement ébouriffantes. Mais on ne sent pas la volonté de nous en mettre plein la vue coûte que coûte. L’animation semble limpide et la technologie ne prend pas le pas sur l’intrigue, les thèmes et les personnages.


En disant cela je ne rend pas hommage à l’extraordinaire talent de centaines de personnes engagés dans ce genre de projet démentiel mais mon sentiment persiste que chez Pixar il y a un souffle de vie qui prédomine même si l’animation est à la pointe du progrès.


Chaque séquence est cependant un régal pour les yeux. Nous assistons à la mise ne place d’une débauche de couleurs, de formes et de lumières. Un véritable régal pour les yeux.


La musique de Randy Newman obéit à un plaisir similaire. Des airs entraînants rythment les nombreuses péripéties de l’œuvre.


J’ai bien sûr vu le film en 3D. L’apport volumétrique n’est pas décisif en soi mais semble moins gratuit que pour des longs métrages sortis récemment. La révolution technologique ne réside pas dans "Toy Story 3". Il n’y a pas de pallier franchi comme il y a 15 ans. Nous côtoyons plus une technique sûre, sorte de guide de confiance, qu’une prise de risques démesurée. Je ne vais pas non plus faire la fine bouche car il y a deux ou trois passages vraiment bluffants.


"Toy Story 3" est le long métrage de la maturité. Une création drôle, émouvante qui tranche dans le paysage cinématographique contemporain. On peut ergoter des heures sur le cinéma américain en tant qu’industrie (marketing à tout va) mais "Toy Story 3" prouve qu’il y a encore de grands enfants ici ou là capables de rendre notre quotidien plus merveilleux.


L’avenir nous dira si ce long métrage sera ou pas le dernier chapitre de la série.


A moins que Buzz l’éclair, Woody et les autres décident de nous entraîner (encore une fois) vers l’infini…


…et au-delà.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> <br /> je pense que les américains ont touché du doigt la perfection en termes démotion. Et la grande réussite est que la technique s'efface dérrière<br /> <br /> <br /> ps : oui je pense aux notes promis<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> Mon film préféré de l'année (même devant Inception). Une réussite totale, un grand, grand moment de bonheur et d'émotion. Le dernier quart d'heure est beau pleurer (j'ai fondu en larmes).<br /> N'hésite pas à m'envoyer une note (qui sera sans doute très proche du maximum). Bon dimanche.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
°
<br /> <br /> *quelques notes de musique solennellement empreintes de mystère*<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Dès mon retour de ma maison de campagne... Mon opinion tu sauuuuuuraaaaaaas...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> *rire démoniaque*<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> -----------------------------<br /> <br /> <br /> Bon, fais au moins semblant d'avoir été impressionné oh !<br /> <br /> <br /> Je me suis tellement investie dans la mise en scène de mon commentaire <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> c'est au programme<br /> <br /> <br /> samedi sans doute :)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Toy story , c'est bien! lol<br /> <br /> <br /> Mais maintenan fonce voir inception!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre

Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro