Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 10:00

19618059.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101210_023648.jpg

 

 

 

"Mon beau-père et nous" est le troisième volet des aventures des familles Furniker-Byrnes, toujours mis en scène par Paul Weitz.

 

Ce genre de productions parfaitement huilées n’obéit qu’à une seule logique : la rentabilité économique. Le scénario, l’histoire en elle-même ne sont que des variables peu ou prou essentielles. Le billet vert est le maître étalon.

 

Cela ne veut pourtant pas dire que le résultat soit catastrophique. Le spectateur sait parfaitement où il met les pieds et exiger plus serait parfaitement hypocrite.

 

Nous sommes plongés au cœur d’une comédie familiale où les tenants et les aboutissants sont connus à l’avance. Nous louvoyons au royaume du politiquement correct.

 

Et alors diraient certains.

 

"Mon beau-père" est un film rythmé et enjoué. On se laisse facilement prendre par le tout. Les péripéties sont nombreuses. Les quiproquos sont légions. Notre rire est franc car notre seuil d’exigence est abaissé au minimum.

 

On peut certes critiquer l’industrie américaine du cinéma mais la capacité des majors de la production à pérenniser des franchises est phénoménale. Les décideurs  connaissent parfaitement leurs cœurs de cible.

 

J’appartiens à la catégorie dite du "bon public" et je n’ai pas de fausse pudeur à apprécier des situations pour le moins exagérées et une histoire décousue. Un film typiquement américain et pourtant la mayonnaise prend.

 

Les dialogues ne volent pas toujours haut, le spectateur anticipe les ressorts comiques et pourtant on ressort de la salle ravi. Etrange non ?

 

Le film est bâti sur l’opposition entre Robert de Niro et Ben Stiller. L’alchimie entre les deux comédiens est optimale. Leurs échanges fonctionnent à merveille tout du long.

 

La seule chose que l’on peut regretter dans "Mon beau-père et moi" est l’omniprésence des deux têtes d’affiche car les autres acteurs sont souvent réduits à de simples ornements même si Owen Wilson s’en tire une nouvelle fois à merveille.

 

La trame principale scénaristique est privilégiée alors que les histoires secondaires sont expédiées ad patres. La présence de Jessica Alba est carrément sous exploitée. L’apport de Barbra Streisand et Dustin Hoffman (dont la présence dans le film est apparemment liée à des prises de vue additionnelles postérieures au tournage principal) est quasi négligeable.

 

Cependant le spectateur ne s’ennuie pas une seconde.

 

Ben Stiller est toujours efficace dans son rôle de gendre gaffeur. Robert de Niro fait du Robert de Niro en beau-père paranoïaque. Blythe Danner et Teri Polo se contentent de leur donner la réplique mais s’en sortent à merveille.

 

Attention cependant. Avec ce troisième volet un cycle semble s’achever (la rencontre des beaux-parents puis la vie de couple dans les deux premiers opus). Prolonger l’expérience semble pour le moins une aventure périlleuse et gratuite.

 

L’avenir nous dira si la raison l’emportera ou pas.

 

Mais à Hollywood il n’y a qu’un seul juge de paix et vous le connaissez si bien…

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> <br /> salut<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> assez drôle en effet<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> c'est sympa ce film!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre

Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro