Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 18:00

 

4138film20100616_225403_0_big.jpg

 

 

 

En mois d’une semaine j’ai eu la chance d’assister à la projection de deux longs métrages incontournables qui marquent (et marqueront) de leur empreinte le cinéma contemporain.


Si "Toy Story 3" m’a immergé dans une bulle de béatitude et de bienheureuse nostalgie, "Inception" m’a emmené ce matin sur des chemins tortueux, aux confins du rêve et de la réalité, dans un diabolique labyrinthe psychique.


Le nouveau film de Christopher Nolan est une réussite incontestable. Et dire que le bonhomme avait décidé de mettre en scène un film bien plus modeste après l’éprouvante période (en termes de labeur et de sollicitations diverses) qui a précédée, accompagnée et suivie la mise en chantier de l’extraordinaire "The Dark Knight". Quelle réussite !!!


Nous suivons les traces de truands d’un genre nouveau décidés à commettre le forfait de toute une vie, un braquage mental sur la personne d’un puissant industriel.


Hasard du calendrier en cette année 2010, c’est une nouvelle fois avec Leonardo Di Caprio en tête d’affiche, après "Shutter Island", que nous est proposé un long métrage sujet à toutes les interprétations possibles. Au sortir de la salle chaque spectateur semble détenir SA vérité bien à lui.

 

Ainsi cette chronique n’est que MON interprétation. Ni plus, ni moins.


"Inception" est un objet filmique inclassable dans un paysage cinématographique aseptisé qui préfère miser ses meilleurs jetons sur des œuvres confondantes de bêtise et de linéarité. Nous cheminons sur une route originale à plus d’un titre.


Christopher Nolan prend des risques à chaque seconde, chaque plan de caméra. Pas une séquence ou une scène sans une trouvaille visuelle et scénaristique.


Le film est bâti sur une armature en béton. Le scénario est une remarquable construction qui juxtapose les réalités subjectives, les niveaux de conscience et de rêves entremêlés.


L’art du film est de nous plonger au cœur d’un univers déroutant et familier à la fois. Au fil des minutes nous pénétrons plus avant au cœur de strates de rêve qui s’enchâssent les unes dans les autres. Sans user d’artifices superflus, le metteur en scène brouille les cartes constamment.


Au final le spectateur finit par se demander si les deux heures trente que durent le film n’ont-elles pas été un rêve de plus.


L’une des réussites du film "Inception" est de remettre en doute nos certitudes sur des notions telles que le rêve ou le concept de réalité sans jamais nous faire perdre le fil de l’intrigue passionnante qui se déroule sous nos yeux. Le propos est torturé, alambiqué diraient certains, mais jamais éloigné de notre compréhension.


Christopher Nolan adopte une ligne de conduite claire, nette et précise sans jamais oublier la mission principale de tout cinéaste : divertir avant tout.


Christopher Nolan nous délivre une masse d’informations considérables sur l’inception, sur l’architecture des rêves sans jamais nous lasser. Habile cuisinier, il dose ses proportions de manière idéale. Entre conceptualisation et démonstration, le réalisateur nous prouve qu’une œuvre peut s’appuyer sur un contenu intelligent et novateur tout en passionnant l’auditoire avec une mise en scène plus que brillante.


La trame narrative parfaite permet construire une histoire passionnante, trépidante de bout en bout. L’intrigue nous maintient en haleine.


Car "Inception" est avant tout un thriller palpitant, rythmé où les temps forts et temps faibles (sans connotation péjorative) sont idéalement organisés autour de se mécano cérébral sans faille.


L’œuvre comporte son lot d’action mais la finalité est toujours de provoquer à la fois l’émerveillement par la maîtrise des instants où le mouvement s’emballe et la réflexion. Aucune scène ne laisse indifférent le spectateur.


"Inception" est un long métrage au carrefour de nombreuses influences. Nous vivons une expérience hors du commun tels des héros de science fiction perdus aux confins, non pas d’un univers lointain ici, mais du cerveau humain.


Les protagonistes subissent des péripéties dignes d’un jeu vidéo. Le cinéma d’action comme je l’ai déjà dit n’est pas en reste. Les gunfights sont habilement disséminés ici ou là sans jamais provoquer l’écœurement. Des séquences de poursuite sont orchestrées avec maestria.


La mise en scène proprement dite de Christopher Nolan est impeccable. Les cadrages sont originaux. Le réalisateur use de tous les savoirs faire à sa disposition. Les ralentis ne sont pas de trop.


Visuellement l’œuvre est sublime. L’esthétique déployée est pour le moins bluffante. Le Paris du rêve force le respect par la simplicité du trait et l’efficacité de l’impact. Ça et là "Inception" regorge de trouvailles, d’artifices qui captent notre regard.


L’imbrication des différents niveaux de conscience et de songe trouve une traduction naturelle à l’écran. Les séquences d’effondrement des rêves bénéficient d’une plastique agréable au possible.


Le montage du long métrage apparaît comme l’un des éléments fondamentaux de l’œuvre. Les réalités distinctes, les temporalités décalées s’imbriquent parfaitement sans que le fil de l'entendement soit rompu. Le long métrage aurait pu perdre gros si l’alchimie n’avait pas été parfaite dans ce domaine.


L’une des constantes dans la filmographie de Christopher Nolan est de prendre un soin tout particulier pour proposer aux spectateurs des personnages pour le moins hauts en couleur.


Les héros et héroïnes d’Inception n’échappent pas à la règle. Des protagonistes de premier et second plans auxquels on s’attache bien facilement.


Et ces êtres de pellicule sont servis par des acteurs et actrices dont le travail de composition est admirable.


Leonardo DiCaprio est une fois de plus impeccable. Joseph Gordon-Levitt et Tom Hardy, étoiles montantes du cinéma contemporain, démontrent un talent plein de fougue et de maîtrise.


Ken Watanabe apporte une touche de dureté avec un regard plein de détermination. Cillian Murphy éclabousse une nouvelle fois la pellicule de son talent. Et son éternel air juvénile fonctionne toujours autant.


Dileep Rao est l’une des révélations du film. Un jeu sûr sans fausse note.


Quel plaisir aussi de retrouver dans un même long métrage Michael Caine, Tom Berenger, Pete Postlethwaite et Lukas Haas. Des prestations volontairement en retrait mais sacrément importantes pour l’équilibre de l’ensemble.


Marion Cotillard semble la moins à l’aise du film mais s’il faut noter que sa marge de manœuvre est limitée du fait de la biographie de son personnage.


Ellen Page est le rayon de fraîcheur, la touche de sensibilité nécessaire au bon fonctionnement de l’ensemble.


Un casting véritablement 5 étoiles.


"Inception" est une œuvre originale, inventive, nécessaire. Un film dont l’armature est sans faille. La trame narrative interpelle à la fois par la complexité et la simplicité du propos. Le spectateur plonge à corps et âme perdus dans les tréfonds d’un enchevêtrement mental remarquablement bien imaginé par un metteur en scène au sommet de son art.


 

4138film20100616_225404_1_big.jpg


Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> <br /> rien de plus à ajouter. Ton comm ressemble à ine excellente chronique en bonne et due forme<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> merci<br /> <br /> <br /> ;)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Et oui, encore un film de C. Nolan qui ne déçoit pas. Ni par son scénario, ni par ses effets spéciaux, ni par son habitude de laiser le spectateur avec ses propres questions et compréhension du<br /> film. Cet homme-là ne serait-il qu'un réalisateur d'oeuvres géniales, complexes et riches, vouées à un succès plus que certain ? Il faut se rendre à l'évidence une fois de plus quand on a vu<br /> Inception. J'ai adoré. Di Caprio est parfait, les effets spéciaux magistraux. Et cette approche du rêve, si réelle finalement pour le spectateur, est plus que réjouissante. Un régal :-)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> de rien<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> c'est normal :)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> je sort du ciné et je suis sous le charme! bleuffé ! que c'est bon le ciné comme ça!<br /> <br /> <br /> (grande pirogue "Titanic") et merci à toi pour ton soutien!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> Ma seule question quand je lis ton commentaire<br /> <br /> <br /> est ce que Nolan est responsable à 100% de son cut<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> même avec la puissance de feu qu'il possède maintenant, est-il envisageable que le studio ait eu son mot à dire en tentant de gommer certaines aspérités et ainsi ne pas se couper du public. En<br /> faisant un film citius altius fortius, Nolan risquait de déboussoler. Là il rest audacieux et intelligible.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Aurons nous le droit à un director's cut jusqu'au boutiste<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre

Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro