Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 19:00
J'ai revu pour la troisième fois ce film dimanche soir. J'ai eu envie de vous proposer cette chronique à nouveau. Peut être que certaines et certains d'entre vous ont également été touchés par la grâce de ce long métrage.






Ma journée au cinéma hier est à marquer avec une énorme pierre blanche. Après l’excellent "Vendredi 13" j’ai le bonheur, que dis je l’immense privilège d’assister à la projection de "Morse" réalisé par Tomas Alfredson.

 

"Morse" ne bénéficie pas d’une publicité outrancière dans les médias. Mais le long métrage, après avoir décroché des récompenses à Gérardmer (Grand Prix et Prix de la critique) continue son petit bonhomme de chemin là où il est présenté. Hier matin la salle était pleine et quand je suis sorti il y avait déjà au moins une cinquantaine de spectateurs qui attendaient pour la séance suivante, preuve que le bouche à oreille fonctionne à plein régime.

 

Le long métrage venu de Scandinavie a un argument de poids irréfutable : il est de qualité, d’une race que peu d’œuvres possèdent. A coup sûr un film qui va passionner les cinéphiles les plus exigeants.

 

Oskar est un petit garçon introverti qui est le souffre douleur de certains des élèves de son école. Préférant jouer seul dans la cour de sa résidence dans la banlieue de Stockholm, il voit débarquer sur son pallier Eli, une nouvelle voisine. Le comportement de la jeune fille intrigue Oskar dès les premiers jours. Eli ne sort qu’à la nuit tombée.

 

Des morts sanglantes et des disparitions mystérieuses se produisent dans les environs. 

 

Oskar est bien décidé à découvrir le fin mot de l'histoire. L’horrible vérité va rapidement se faire jour.

 

A chaque fois je me dis que les scénaristes ont fait le tour de la thématique du Vampire et du Vampirisme et immuablement je me retrouve piégé. De part le monde il y a des hommes et des femmes capables d’injecter du sang neuf (très facile !!!) à un genre cinématographique et littéraire qui n’en finit plus de m’émerveiller.

 

L’œuvre du romancier John Ajvide Lindqvist est adaptée de manière brillante par Tomas Alfredson. Amies spectatrices et amis spectateurs : le long métrage ne joue absolument pas la carte du sensationnalisme et des effets spéciaux grandiloquents.

 

"Morse" a au contraire un atout de taille : son réalisme. Les attributs traditionnels du vampirisme sont rangés au placard. Point de gousse d’ail ni de crucifix, point de miroir sans reflet ni de pieu dans le cœur. Seules l’hyper sensibilité à la lumière et la sensation physique de faim liée à l’absence de sang sont évoquées de manière crue mais sans avoir le besoin de s’y appesantir pendant tout le film.

 

Le film baigne dans une vraie ambiance de cinéma. Rien d’artificiel ni de gratuit. Tout fait vrai. Cette banlieue de Stockholm à la limite du sordide et une population aux portes de la sinistrose et de l’ennui, des conditions climatiques draconiennes font que nous nous immergeons dans un univers âpre et rude.


Ce sentiment de réalité nue est accru par une musique fascinante, obsédante qui nous entoure d’un étrange linceul. Par moments on a l’impression  de voir évoluer les personnages entre la banalité d’une réalité ennuyeuse et un univers merveilleux, inquiétant, oppressant, sorte d’entre deux mondes ouateux.

 

La deuxième dominante de ce long métrage est sa capacité à susciter de l’émotion chez le spectateur. La relation qui unit Oskar et Eli est l’une des plus belles du cinéma d’aujourd’hui. De ce lien naît une histoire d’amour absolument touchante. On arriverait presque à être sous le charme permanent si on oubliait que la petite fille de 12 ans (qui les a depuis longtemps selon ses propres dires) est une redoutable et sanguinaire prédatrice. Elle utilise dans un premier temps un mystérieux personnage (son père ?) pour l’abreuver puis quand celui-ci fait défaut, elle s’atèle elle-même à la tâche. 


"Morse" nous narre l'éclosion d'une union platonique entre un humain et une créature de la nuit sans jamais verser dans les lieux communs. Par petites étapes successives Oskar et Eli apprennent à se connaître, envers et contre tous.

 

En toile de fond nous sentons poindre des préoccupations qui pourraient concerner des jeunes gens plus tout à fait des enfants mais pas encore des adolescents. Le thème de la différence traverse le film de part en part de manière subtile.

 

Les scènes gore sont nettes et précises. Pas de sentiment ni de caricature. Quand Eli s’abreuve de sang, l’acte est concis, brutal et nous surprend par l’horreur de la situation. Notre intellect a du mal à se faire à l’idée qu’une gamine de 12 ans puisse être en réalité un monstre de détermination. Mais "l’humanité" du personnage qui prend sa source  dans cette idylle naissante renverse bien des barrières.  

 

L’histoire en elle-même est à la base fantastique mais le metteur en scène a su en tirer la quintessence par une mise en scène rigoureuse et appliquée. Le souci du détail est omniprésent.  Les dialogues sont d’une finesse incroyable même si les échanges sont brefs.

 

La qualité du long métrage tient aussi à la qualité de ces deux jeunes comédiens. Kare Hedebrant (Oskar) nous touche par la fragilité qui se dégage de son personnage. Lina Leandersson (Eli) impose à la fois sa timide réserve de jeune fille et la force de la créature assoiffée de sang qui sommeille en elle. L’osmose est parfaite.

 

"Morse"  est un long métrage original, inventif, hors du commun, plein de finesse et réalisé de manière précise et efficace. J’ai vu ce long métrage en un jour de Saint-Valentin et je trouve que le moment était opportun tant la relation qui unit Oskar et Eli est unique, intemporelle. L’émotion dans sa plus pure et basique expression fut au rendez vous.


Je vais peut arrêter de dire cela trop souvent mais ce fut l’un des moments de l’année. Le cinéma peut distraire avec une histoire sanglante de prime abord, mais empreint d’une certaine poésie universelle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Samom - dans à l'affiche
commenter cet article

commentaires

samom 07/01/2010 22:59


j'adore ton commentaire
je le trouve plein de vie, bien construit et touchant

bien sûr que je ne suis pas tombé dans le paneau de considérer que le bonhomme est le père d'Eli
c'est plus une relation maître-esclave qu'autre chose
ça se voit clairement dans le film

merci en tout cas

je ne me lasserai jamais de ce film


Le 7eme Art 07/01/2010 02:04


Ne t'inquiète Samon, moi aussi je l'ai téléchargé en VostFR je ne pouvais attendre la sortie du DVD tant de fois décalée pour le revoir...

Je suis de bonne humeur ce soir, je vais vous révéler que représente Morse. Quelles sont ses réelles qualités et pourquoi figure-t-il dans mon top 10 de 2009.

Morse, avant d’être un film de vampire, c’est une relation entre deux jeunes enfants à l’âge de la découverte. L’un est à l’âge de la découverte en tant qu’humain l’autre en tant que vampire. On
peut donc dire qu’ils sont au même stade de leurs évolutions respectives. Des liens se créent entres ces deux personnages, serais-ce de l’amour ? Nous n’en sommes pas sur. De la part d’Oskar il est
évident qu’avec se sentiment de curiosité envers les mystères d’Eli, il y a un sentiment d’amour. Mais de la part d’Eli on ne comprend pas vraiment sont but. L’aime t’elle vraiment ? Surtout que
d’après le roman, Eli est en réalité un garçon castré ! Et son fournisseur de sang (qui n’est pas son père !! Enlevez-vous cela de la tête^^) est dans le livre un pédophile ! Et oui c’est dure à
entendre mais le réalisateur a fait exprès de laisser les relations entre Eli et cet homme très floues pour ne pas bousculer  le spectateur.
 Donc pour en revenir aux relations entre Eli et Oskar si ce n’est pas forcement de l’amour qu’est-ce ?  Et bien, Eli, on peut le voir à travers sa lassitude, en à marre de vivre cette
vie où elle doit être esclave de ses pulsions et ses besoins de tuer pour vivre. Grace à Oskar elle va se créer un nouveau but. Ce but n’est rien d’autre que devenir son protecteur. Eli va-t-elle
se servir d’Oskar plus tard pour avoir un nouveau fournisseur de sang ? Là n’est pas la question car Eli elle-même se sait pas où va mener cette relation. Dans ce regard si sombre, si poétique et
si mystérieux Eli ne voit pas, elle ressent. D’ailleurs voila pourquoi cette jeune actrice mérite l’étoile d’or de la meilleure actrice catégorie enfant de l’année. Elle a réussie un exploit, celui
de créer a travers son jeu de regard le néant !

Eli veut donc se créer un nouveau but celui d’avoir une responsabilité, lorsqu’elle sauve Oskar à la fin du film la relation entre ces deux personnages commence réellement.


Quelle est la symbolique du morse ? Pourquoi le film appui t’il sur le fait qu’ils discutent en morse ?

La réponse est simple. Ces deux êtres sont totalement différents, même si leur apparence fait qu’il se ressemble, ils viennent de deux mondes différents, deux perceptions du monde différentes. Ils
leurs faut donc un langage détourné pour communiquer entre eux. Le morse est la clé du film ! Eli est Oskar ont trouvé le moyen de parler entre eux. Dans le film ils parlent comme cela à travers un
mur, mais dans la profondeur des choses ils parlent comme cela pour se comprendre.

Si vous avez besoin de plus de détails n’hésitez pas je ne suis pas loin ^^

Bonne soirée

JO4


Le 7eme Art 07/01/2010 01:47








samom 07/01/2010 00:06


salut

si je répondais à ta question directement ici
je me mettrais dans l'embarras



Phl Siné 07/01/2010 00:00


quelle chance de l'avoir revu ! mais où passe-t-il encore ?


Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro