Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Total Ciné
  • Total Ciné
  • : total ciné : un espace de liberté pour les fans de cinéma et les autres. Venez nombreux pour partager ma passion.
  • Contact

Il est l'or, mon seignor

Recherche

A la une


 

 













Capturer-copie-4.JPG

Films Cultes et Héros













 

DowntonAbbey

 

Braking-Bad-promo-saison-4

 

Eastbound-Down1

 

fringe-poster-1

 

images

 

lost1

 

tv_true_blood01.jpg


14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 08:31
freaks01.jpg

Gamin j'ai eu l'occasion de voir "Freaks, la monstrueuse parade" de Tod Browning, le remarquable metteur en scène de "Dracula" avec Bela Lugosi.

Un film qui m'a marqué à tout jamais.

L'univers de ce film est un cirque où se produisent des bêtes de foire. Au sein de ce microcosme, Hans un jeune lilliputien est amoureux d'une acrobate, la belle Cléopatre, l'une des rares personnes "normales" de ce cirque. Il est littéralement fasciné par la jeune femme. Apprenant qu'Hans vient de toucher une somme d'argent importante, elle feint l'intérêt et joue avec les sentiments du Lilliputien. Elle l'épouse pour ensuite tenter de l'empoisonner et se consacrer à son amant, le cruel Hercule. Mais les masques tombent, la vengeance sera terrible...

Un film monumental. Une analyse très soignée, des mots durs jetés à la face des uns et des autres. Une atmosphère lourde. Un climat étrange.

Et surtout un réalisme saisissant car les phénomènes de foire qui apparaissent dans le film ont appartenu vraiment à des foires aux monstres qui se produisirent à l'époque.
Le propos dans le film est d'inverser le rapport de force entre monstruosité et normalité. Et les monstres ne sont pas celles et ceux que l'on croit. Car ces créatures difformes, laides sont des êtres d'une grande générosité, animés par des sentiments hautement "humains". Alors que les valides sont cruels, vils, calculateurs.

Bien plus tard j'ai appris en lisant que "Freaks" avait été le chant du cygne pour Tod Browning. La société bien pensante, ou certains de ses représentants, n'acceptèrent pas la violence supposée du propos.

Des censeurs de tous bords trouvèrent l'oeuvre choquante et dérangeante. Le réalisateur vit bien des portes se fermer devant lui un fois ce long métrage sorti. Le film n'eut qu'une brève carrière en salle et fut constamment tronqué. Ce n'est qu'au début des années 80 qui retrouva sa forme originelle aux Etats-Unis.

Un film qui doit absolument être vu.

Une leçon d'acceptation de soi et surtout des autres.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

samom 20/01/2008 17:34

Pareilj'avais vu le film il y a longtemps et je me rappelle avoir souffert pour les "monstres" et être révolté par les "humains"faudrait que je le revois

Pénélope 20/01/2008 16:12

Ohlala comment j'avais adoré ce film, bien qu'il soit très dur. L'image qui m'a le plus marquée c'est l'homme asticot sans bras et sans jambes qui s'allume tout seul sa cigarette. Il faut que je fasse une soirée DiViDi un de ces soirs pour le revoir. Mais c'est très différent d'Elephant Man je trouve, beaucoup plus sombre car les monstres eux-même s'organisent en groupe et peuvent être d'une très grande cruauté, tandis que John Merrick est victime de sa difformité, mais d'une grande qualité de coeur. Bon ça donne envie de revoir des films tout ça^^Bisous,Pénélope.

Thib 15/01/2008 14:02

Je ne connaissais pas ce film. Merci pour l'extrait, ça fait plaisir de découvrir des films d'une autre époque. En tout cas, l'extrait est vraiment intéressant il donne envie de voir le film dans son intégralité. Thib.

Babymad 14/01/2008 18:46

Finalement c'est un peu le principe d'Elephantman non?Bisous

Total Ciné

Image Hosted by ImageShack.us
 



Il y a actuellement  personnes connectées à Over-Blog dont  cinéphiles sur ce blog

 


 

 

mep01

 

small_605851.jpg

 

Musique Maestro